Autrefois, il promettait d’te décrocher la lune pis toutes les étoiles avec, pis tu l’as cru.

Ses grands yeux ressemblaient à deux belles galaxies étincelantes. Comment ne pas tomber follement en orbite avec lui? Impossible.

Tel un grand astronaute, il a su poser son drapeau sur ton cœur, afin que tu sois sienne, sa conquête ultime.

Votre histoire, c’était la plus magique. Vos projets étaient abondants, votre amour était pur et votre avenir était si brillant.

Tu étais sa pierre céleste, le soleil de sa vie, sa raison de vivre.

Tu croyais que c’était le bon pour toi, mais tu t’es trompée.

Il t’a engloutie dans son trou noir sans fond et a aspiré toute ta belle lumière avec voracité.

Source : SciencePost

Les mots sortent d’entre ses lèvres comme des éclats de verre brisé.

Ils lacèrent et charcutent ton estime, ton amour propre et ta confiance en s’incrustant en toi de manière incidieuse.

« Ta yeule mon esti d’saloppe »

Ses mains s’accrochent à ta gorge comme deux grosses serres soigneusement aiguisées, prêtes à attaquer sa proie.

L’oxygène passe difficilement dans ton diaphragme,  de telle sorte que tes lèvres prennent la teinte d’un ciel sans nuages.

« T’es bonne à rien »

Tu anticipes chaque action qu’il fait, car tentes d’éviter de le faire grimper dans les rideaux. Tu te fais toute petite.

Il se lève debout et hurle que le souper que tu as préparé est froid. L’instant plus tard, il te gifle violemment au visage, puis empoigne ton bras pour te traîner au sol, comme si tu n’avais aucune valeur.

« T’es tellement innocente quand tu parle, tu devrais t’entendre »

Tu diras encore que tu es tombée ou que tu t’es cognée contre quelque chose pour justifier les hématomes qui couvrent ton enveloppe corporelle.

Tu camoufleras tes marques pourpres à l’aide de vêtements et d’accessoires pour ne pas qu’on te pose de questions; pour ne pas que les autres pensent du mal de celui que tu aimes.

« C’est d’ta faute, tu m’as poussé à bout »

Les belles promesses d’autrefois s’effritent en une poussière te voilant les yeux.

Il faut que tu le comprennes; C’est difficile pour lui au travail; il est stressé avec l’argent; il dort mal…

C’est ta faute, tu n’aurais pas dû le mettre en colère.

Sois sage et arranges-toi pour te rattraper et pour lui plaire.

« T’es juste un criss de conne »

Il t’éloigne de ta famille et de tes amis. Ils ne sont pas assez bien pour vous; ils veulent vous séparer; ils sont jaloux.

Tu devrais lui consacrer plus de temps, car c’est lui ton homme.

« Penses-tu  vraiment que quelqu’un d’autre voudrait de toi? »

Ton entrejambe brûle comme de la braise et est complètement à vif.

Il t’a sauvagement pénétrée, même si tu as criée, que tu t’es débattue et que tu l’as supplié d’arrêter.

Comment peut-il te faire ça? Toi qu’il dit aimer si fort?

« T’es juste une agace, une pute »

Tes si jolis yeux sont boursoufflés, tellement ils affluent en larmes.

Il utilise son poing massif pour te faire taire. Ce n’est certainement pas une femme qui lui dira quoi faire !

Ce soir, tu t’endormiras encore en ne fermant qu’un seul oeil. L’autre, c’est l’enflure du coup qui s’est chargé de le rendre clos.

« Sale chienne »

Tu enfiles ta robe préférée, car la chaleur de l’été s’est bien installée.

Il s’empresse de t’interdire de sortir vêtue de la sorte et t’ordonne de te changer. Ta peau est trop voyante à son goût; tu fais exprès pour te faire reluquer par d’autre hommes.

« Si t’arrêtes pas de crier, j’vais te tuer »

Tu gis sur le sol dans d’atroces douleurs.

Ton sang chaud trace son chemin le long de ton corps, te laissant dans une marre couleur rubis.

Au loin, tu l’observes quitter la maison, un couteau ensanglanté entre les doigts.

« Je t’avais dis d’arrêter de crier »
Source : Valérie Vrel

Tu es une femme si courageuse

Tu es forte, tellement forte! Tu es une vrai guerrière, tu l’sais ça?

Bin creux au fond de toi, j’te jure qu’il en reste de la lumière, pis elle est belle en maudit !

Tu as tout en toi pour te sortir de son emprise, n’en doute jamais.

Tu mérites tellement d’être heureuse et de te sentir en sécurité dans tes relations.

Je te promet avec toute la sincérité de mon coeur que y’a encore de la beauté dans la vie.

Sors le dragon qui sommeille en toi et extirpe toi de la noirceur qui pèse tu toi depuis trop longtemps, même si ça risque d’être la chose la plus difficile que tu feras de ta vie.

Va chercher de l’aide, jamais tu ne seras seule pour affronter tout ça.

Si tu savais comme je crois en toi. ♥

Ressource pour venir en aide aux victimes de violence

Note : Le féminin est utilisé dans le texte, mais la violence conjugale n’a pas de sexe. Elle peut toucher tant les hommes que les femmes.